Category: Ikone 6.50 (page 1 of 2)

Ikone 6.50 les derniers préparatifs

Sommaire

  • Le quillage
  • Les vitrages
  • L’accastillage

Le quillage

Le quillage est une toujours une opération délicate. Sur l’Ikone 6.50, nous avons choisi de limiter au maximum l’espace entre la quille et le puits de manière à éviter des bruits parasites en navigation ou au mouillage.

Quillage Ikone 6.50

La quille pèse 400 kg et est constituée d’un voile en fonte et d’un bulbe en plomb.

Nous effectuons une préparation de surface pour optimiser la glisse.

L’Ikone 6.50 dispose d’une quille relevable qui lui offre un tirant d’eau inférieur à 50cm (quille haute). Cela permet d’accéder aux criques les plus protégées.

Quille basse, l’Ikone 6.50 dispose d’un tirant d’eau de 1m60 ce qui lui confère uneexcellent raideur.

Les vitrages

L’Ikone 6.50 fait la part belle à l’ambiance intérieure qui offre une luminosité exceptionnelle.

Vue arrière Ikone 6.50

L’Ikone 6.50 comporte 4 vitrages sur la partie arrière (2 à l’arrière du roof, 2 sur le tableau arrière).

Ils offrent une luminosité et surtout permettent de donner de la profondeur lorsqu’on se situe à l’intérieur de la cabine.

L'accastillage...

L’accastillage est composé principalement d’éléments Harken, Selden et Goïot.

Balcon avant de l'Ikone 6.50

Le balcon avant est ouvert pour faciliter le débarquement. Il comporte un anneau pour positionner le bout dehors.

Les taquets en aluminium sont de marque Goïot.

La couleur des taquets, balcons, mains courantes est personnalisable.

La poutre arrière est équipée en standard d’une barre d’écoute de grand-voile Harken. La barre est en lamellé collé et comporte une raquette en standard.

Le mât de l’Ikone 6.50 en version sloop dispose d’un seul étage de barre de flèche. C’est un mât Selden.

La bôme dispose de 2 ris automatiques.

Le pataras textile sur palan Harken offre une bonne capacité de règlages.

Le premier Ikone 6.50 sera gréé en sloop. Le second sera un cat boat.

Mât Ikone 6.50 version sloop

Il nous reste encore quelques points à terminer. La production en série est lancée.

Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50 numéro 1 – bientôt la mise à l’eau

La fabrication de l’Ikone 6.50 numéro 1 se termine. Nous lançons, cette semaine, la fabrication du numéro 2. La phase de conception nous a permis de valider l’ensemble des points nécessaires à une fabrication en série.

 

Sommaire

  • Le pontage définitif
  • Finitions intérieures
  • Décorations

Le pontage définitif

C’est une étape importante de la fabrication. Elle suppose une manutention coordonnée de la coque et du pont. L’ajustage s’effectue avec une marge de l’ordre de 3mm.

Le collage coque-pont est une opération délicate qui nécessite un savoir-faire particulier. Lors des études, nous avions validé la résistance de la colle utilisée en faisant des tests d’arrachement.

Ikone-6-50-Pontage
coque pontee

Les finitions intérieures

Les finitions intérieures consistent à finaliser l’installation électrique, connecter le réservoir d’eau, nettoyer, ranger…

 

Ikone-6-50-Table-a-carte-equipee

La table à carte de l’Ikone 6.50 offre un espace de travail agréable grâce à sa tablette.

Le tableau électrique propose tout ce qui est nécessaire pour gérer les appareils du bord. Il est équipé de 2 prises USB et d’une prise allume cigare.

C’est le premier meuble que nous avons terminé et il préfigure la qualité que nous avons recherchée. Tous les meubles sont fabriqués en contreplaqué tout Okumé avec un placage stratifié.

Ceci permet une personnalisation totale de chaque bateau.

Ikone-6-50-Coin-Cuisine

Le coin cuisine comporte un évier et un réchaud.

Ici le coin cuisine avant la pose des équipements.

Nous masquons l’ensemble des emménagements jusqu’à la livraison de manière à protéger les meubles.

La vue sur la couchette avant depuis la descente. Le puits de quille est terminé. Juste avant la livraison du bateau, nous posons les supports de la couchette, le plancher et la table de carré.

Ikone-6-50-Finitions

Avant le collage des vitrages, nous les présentons de manière à vérifier l’ajustement. Ces vitrages sont fabriqués spécialement pour l’Ikone 6.50 par Goïot dans son usine de Nantes.

Ikone-6-50-Vue-des-vitrages

Les décorations

L’Ikone 6.50 numéro 1 nous servira pendant plusieurs mois à réaliser des tests, des essais.Nous avons choisi de décorer la coque et les voiles.

Ci-dessous, le marquage du solent…

Ikone-6-50-Decoration-voiles

Les prochaines étapes

  • Pose de l’épontille
  • Quillage
  • Mâtage
  • Mise à l’eau
Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50 – emménagements en cours

Les emménagements de l'Ikone 6.50

Les emménagements sont en cours de fabrication. La phase de montage est l’occasion des derniers ajustements en terme de design. Il s’agit de meubles fabriqués au sein du chantier dans notre atelier de menuiserie. L’intérieur du bateau est personnalisable au niveau des boiseries.

Ikone-6-50-coque en cours amenagement

Le coin cuisine dispose de tout ce qui est nécessaire pour préparer de bons repas en croisière. Surtout, les rangements spacieux permettent d’envisager sereinement quelques jours de navigation.

Ikone 6.50 coin cuisine

Le coin table à carte a tout d’un plus grand bateau. Il offre un vrai coin navigation avec un tableau électrique et un placard permettant de ranger les équipements. Nous avons également intégré une penderie ce qui permet de ranger les cirés même mouillés.

Le carré offre un espace suffisant pour manger jusqu’à 6 personnes. Les assises sont surrélevées pour garantir une vue sur l’extérieur. Les wc chimiques prennent place à l’entrée de la soute arrière sur tribord avec un rideau de séparation pour l’intimité.

Ikone-6-50-interieur
Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50 – la fabrication avance

Ikone 6.50 numéro 1 - la fabrication avance

Coque-Ikone-6-50-contremoule

La fabrication des emménagements de la coque est en cours. Nous avons posé et collé le contremoule. Le puits de quille servira de support à la table de carré. La prochaine étape est de poser les meubles ainsi que les couchettes. Nous démoulerons la coque cette semaine.

Pont-Ikone-6-50-Enduit

La fabrication du pont est terminée. Nous avons réalisé un enduit sur toutes les surfaces apparentes. Nous démoulerons cette semaine également.

Le prochain article vous montrera les emménagements et la coque démoulée…

Suivez-nous sur Facebook

Pourquoi utiliser un moteur électrique sur nos voiliers ?

Pourquoi utiliser un moteur hors-bord électrique sur votre Ikone?

Sommaire (1ère partie)

  • Lexique
  • Choisir le moteur adapté
  • A quelle autonomie s’attendre ?
  • Quel montage ? Quel système de recharge ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous interroger sur l’opportunité de motoriser nos voiliers Ikone avec un moteur électrique.

Sur le papier, les moteurs électriques n’ont que des avantages :

  • pas d’odeurs
  • très peu de bruit
  • pas d’entretien
  • léger
  • pas de nourrice d’essence

Mais dans la réalité, l’autonomie est (était ?) le véritable talon d’achille de ces moteurs. En effet, dès qu’il s’agit de délivrer une puissance au-delà de 50%, l’autonomie des batteries chute très rapidement.

Alors, nous avons voulu réaliser un test grandeur nature en équipant l’Ikone 6.50 numéro 1 avec le nouveau modèle Torqueedo 1103CL.

Cet article est le premier d’une série de 2 articles consacrés à la motorisation électrique. Il aborde le cadre général de la mise-en-oeuvre d’un moteur électrique sur un voilier.

Le second article restituera les résultats de nos essais sur l’Ikone 6.50.

Ces moteurs sont particulièrement bien adaptés pour petits voiliers transportables.

Lexique

La motorisation électrique a ses règles, termes et codes. Pour s’y retrouver, il est important d’expliquer ce qui se cache derrière les termes utilisés.

La batterie : les moteurs électriques utilisent une batterie Lithium comme source d’énergie. Plus la batterie dispose d’une grande capacité plus l’autonomie est importante.

Nombre de cycles : une batterie Lithium ne s’use pas en fonction du nombre de cycles d’utilisation (charge et décharge) comme une batterie au plomb. Par contre, elle perd de sa capacité avec le temps (voir perte de capacité).

Le chargeur : qui dit batterie… dit chargeur. La recharge peut être effectuée sur secteur (220v) grâce à un chargeur. Il existe des chargeurs rapides qui permettent de gagner 2 heures sur le temps de recharge. Il existe des chargeurs solaires. Il est également possible de recharger sur une batterie 12V.

Capacité (Ah) : La capacité d’une batterie est la quantité d’énergie électrique qu’elle est capable de restituer après avoir reçu une charge complète. Mais les fabricants expriment la capacité en Wh… Le nombre de watt heure théoriques fournis par une batterie est le produit de son voltage par le nombre d’ampère heure stockés. Ainsi une batterie de 915 watts heure en 29,6v représente une capacité de 31 ampères heure.

Perte de capacité : une batterie Lithium perd 4% de sa capacité tous les ans en moyenne. Il faut la stocker dans un endroit frais. Une batterie lithium se révise tous les 6/7 ans en moyenne.

Temps de recharge : il faut compter 6 heures de recharge lorsque la batterie était déchargée.

Autonomie : elle dépend de plusieurs facteurs tels que la vitesse demandée, le poids du bateau, l’état de la mer. Les batteries lithium n’ont pas les mêmes limites que les batteries au plomb concernant la décharge.

Stockage de la batterie :Il est conseillé de maintenir une charge d’au moins 50% au cours de son stockage.

Surchauffe : elle se produit lorsque l’on navigue par temps chaud en demandant une puissance élevée. Le moteur se mettra en protection en diminuant la puissance automatiquement…

Transport aérien des batteries : les batteries lithium sont interdites dans les avions de ligne lorsque leur capacité dépasse 100wh.

Champ magnétique : un moteur électrique produit un puissant champ magnétique. Il faut éloigner d’au-moins 50cm tous les instruments sensibles (compas, mais aussi certains équipements électroniques).

Rendement : il détermine la puissance de propulsion disponible. Ainsi un rendement de 49% d’un moteur dont la puissance d’entrée de 1000wh fait que le moteur disposera d’une puissance de propulsion disponible de 490watts.

Sécurité : les batteries lithium peuvent être dangereuses dans certaines conditions (voir les déboires de certains constructeurs d’avions…). Ne jamais ouvrir une batterie lithium. Ne jamais se servir d’une batterie lithium dont le boitier est endommagé. Le risque d’incendie est très fort.

Recharge : elle doit s’effectuer sous surveillance et la batterie doit être placé sur un support ininflammable.

 

Choisir le moteur adapté

Le marché est actuellement dominé par un acteur : Torqueedo. La gamme des hors-bords du fabricant est séparée en 2 :

  • Travel : il s’agit de hors-bord à batterie intégrée interchangeable.
  • Cruise : ce sont des hors-bord plus puissants mais avec des batteries externes.

Le Travel est sensiblement moins cher que le Cruise et semble mieux adapté à nos bateaux.

Jusqu’ici, les modèles Travel étaient limités en puissance (maximum 1000w) et en autonomie (les batteries standards avaient une capacité de 515 wh)

Mais les choses changent avec le nouveau modèle 1103CL qui offre une puissance plus importante (1100w) et une capacité de batterie supérieure (915wh).

C’est ce modèle que nous avons choisi de monter sur l’Ikone 6.50 numéro 1.

Quelle autonomie ?

Nous effectuerons des mesures réelles dans des conditions différentes dès que le bateau sera à l’eau. Ces éléments seront communiqués dans le prochain article.

Nous allons aborder, ici, la stratégie que nous avons retenue pour obtenir le plus d’autonomie possible (nous visons l’autonomie complète…).

Le point de départ de l’étude c’est la puissance disponible minimale que nous souhaitons avoir lorsque nous quittons le port. Cette puissance minimale est fonction :

  • de la capacité des batteries
  • du taux de rendement du moteur
Si nous transposons dans le monde des moteurs thermiques, c’est la quantité de carburant qu’il faut embarquer pour être en sécurité.
 
Nous allons poser quelques hypothèses :
  • lorsque le mode de propulsion sera au moteur, nous utiliserons, en moyenne, 60% de la puissance disponible.
  • nous voulons disposer d’un rayon d’action au moteur de 15 milles nautiques. Sachant que nous conservons 2 milles nautiques pour entrer et sortir du port.

Et maintenant, de combien avons-nous besoin ?

Le moteur consomme au maximum 1100 w x 49% = 490 w.

Nous ne dépasserons pas 60% x 490 w = 294 w

Avec une batterie de 915 wh, l’autonomie sera donc de (80% x 915) / 294 = 2 heures 25 pour une vitesse théorique de l’ordre de 3 noeuds (à confirmer lors des tests réels).

Nous pourrons donc parcourir une distance de 3 x 2,25 = 6,75 milles nautiques par batterie.

Pour respecter notre objectif de disposer d’un rayon d’action de 15 milles nautiques, il nous faudra donc au minimum 2 batteries voir 3 comme nous allons le voir plus bas.

Le montage et le système de recharge

Le moteur sera monté sur une chaise basculante. Nous aurons 1 batterie de rechange. Pour assurer une autonomie suffisante, nous embarquerons un système de recharge à base de panneaux solaires.

 

Pour les besoins de la recharge des batteries du moteur Torqueedo Travel 1103 CL, le système électrique de l’Ikone 6.50 comportera les éléments suivants :

Schema_principe_recharge_batteries

 

  • 2 panneaux solaires de 50w chacun
  • 1 régulateur solaire Victron 100/20
  • 1 batterie gel de 100 Ah (cf ci-dessous)
  • 1 tableau électrique avec une prise allume-cigare et USB.

Nous souhaitons déterminer le dimensionnement de la batterie et des panneaux solaires pour assurer la recharge d’une batterie de rechange du moteur. Ceci nous permettrait d’augmenter l’autonomie de 6,75 milles nautiques (soit 20,25 Milles au total).

La première étape est de réaliser un bilan énergétique du bateau (attention, il peut varier en fonction des équipements électriques installés et utilisés). Ce bilan énergétique est réalisé pour 12 heures :

Nous avons 2 gros consommateurs :

  • La carto électronique Vulcan
  • La recharge d’une batterie du moteur Torqueedo que nous voulons pouvoir recharger 1 fois par jour.

La deuxième étape consiste à dimensionner la puissance des panneaux solaires à installer pour couvrir cette consommation (et donc disposer d’une batterie chargée le soir…).

Puissance théorique panneaux solaires Ikone 6.50

En fonction de la latitude à laquelle on se trouve, le coefficient d’irradiation solaire n’est pas le même.

Ainsi au Sud de la France, ce coefficient sera de 5 tandis qu’il ne sera que de 3 au Nord.

En théorie, il faut que nous installions 173W de panneaux solaires au Sud et 288W au Nord… Compte tenu des dimensions d’un panneau de 100W, ce sera difficile…

La troisième étape consiste à calculer la capacité minimale de la batterie pour couvrir les besoins journaliers.

Dimensionnement capacite batterie Ikone 6-50

Synthèse de cette étude :

La puissance théorique des panneaux solaires à installer  est importante et représente une surface qui n’est pas disponible sur l’Ikone 6.50… Les panneaux solaires seront installés sur le tableau arrière de l’Ikone 6.50 avec un système orientable.

Nous allons devoir faire des arbitrages…

1ère décision : doubler la capacité de la batterie pour disposer d’une autonomie de l’ordre de 24 heures. Soit une batterie de 100Ah. Comme indiqué, nous choisirons un modèle au gel qui supporte des décharges plus importantes.

2ème décision : Installer 2 panneaux de 50W soit une puissance installée de 100W qui couvrira donc 35% de notre consommation au Nord et 55% au Sud. Disposer d’un panneau solaire flexible de 150W pour recharger la batterie au mouillage ou au port. Ceci permettra d’atteindre 250W soit une quasi autonomie si l’on est au Nord de la France.

3ème décision : acheter 2 batteries de rechange pour le moteur Torqueedo et non pas 1. Ainsi, nous aurons toujours 2 batteries chargées pendant que la 3ème est en recharge.

 

Vous avez déjà une expérience d’utilisation d’un moteur électrique ?  N’hésitez pas à nous laisser un commentaire…

Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50… des nouvelles

Ikone 6.50... des nouvelles

Sommaire

  • Fin de la fabrication du pont et du contremoule
  • Lancement de la fabrication des premières béquilles
  • Moteur électrique Torqueedo 1103 CL
  • Début de fabrication des meubles définitifs

Fin de la fabrication du pont et du contremoule

Ces deux grandes pièces sont en cours de finition. Nous profitons de la fabrication des premières pièces pour caler le processus de production. En particulier, nous complétons nos outillages.

Le pont de l’Ikone 6.50 avant infusion :

Pont-avant-infusion

Lancement de la fabrication des premières béquilles

L’Ikone 6.50 est un voilier conçu pour aller au plus proche des zones de baignade. Nous avons réfléchi dès le départ à le doter d’un système de béquilles pour aller échouer.

Ce système de béquille doit être :

  • facile à mettre en place et à démonter
  • discrêt lorsque les béquilles ne sont pas utilisées
  • ne pas entraver l’accès à l’eau
  • solide

Nous avons donc conçu un système qui se fixe de part et d’autre de la chaise du moteur.

Rendu Béquille
Bequille-Ikone-6-50

Moteur électrique Torqueedo 1103 CL

Le premier Ikone 6.50 sera doté d’un moteur électrique Torqueedo 1103 CL (arbre long).

Hors bord Torqueedo pour voilier

Les avantages d’un moteur électrique sont nombreux et la baisse des prix les rendent très compétitifs par rapport à un moteur thermique :

  • moins d’entretien
  • plus fiable
  • pas de combustible à bord
  • plus léger (17 kg contre 27kg pour un thermique)
  • possibilité de le recharger en navigation

Le moteur Torqueedo 1103 est un nouveau modèle plus puissant (1100w) qui est à comparer à un moteur Hb de 4cv thermique.

Sur l’Ikone 6.50, nous pourrons installer, également, les équipements optionnels suivants :

  • rallonge de barre
  • commande de puissance déportée

 

Début de fabrication des meubles définitifs

La première étape a consisté à choisir le revêtement. Nous partons d’une base en CTBX marine Okumé sur laquelle nous venons plaquer un stratifié de bois. Ce procédé nous permet d’atteindre une très bonne qualité de finition et de durabilité.

Ensuite, nous avons modélisé chaque meuble afin de visualiser l’intérieur du bateau. Ainsi, nous avons choisi des formes plutôt arrondies et douces.

Sur les tonalités, nous proposons une personnalisation qui permet à chacun de définir son intérieur.

L’image ci-dessous présente la modélisation du coin table à carte avec le positionnement des instruments et notamment du tableau électrique.

 

Les prochaines étapes

  • Pose du contremoule
  • Pontage
  • Montage des meubles
Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50 numéro 1…les finitions

Ikone 6.50 numéro 1 : finitions

Au sommaire :

  •  les chandeliers, taquets et balcons
  • le système de béquilles pour l’échouage
  •  les vitrages
  • la fabrication en infusion sous vide

Les chandeliers, taquets et balcons

Ces éléments de sécurité contribuent également au design du bateau. C’est pour cette raison, que nous avons conçu des balcons spécifiques pour l’Ikone 6.50.

Le balcon avant est ouvert pour faciliter l’embarquement par l’avant.

Balcon avant Ikone 6.50

Pour améliorer l’intégration des chandeliers, nous avons conçu des pieds qui reprennent le bouge du pont.

Chandelier-bouge-de-pont

Les chandeliers, mains courantes, taquets et balcons sont personnalisables. Il est possible de choisir différentes couleurs en fonction des goûts de chacun. 

Choix couleur Chandeliers

Les taquets de l’Ikone 6.50 sont au nombre de 6. Ils s’intègrent parfaitement avec le style des balcons, chandeliers et mains courantes.

Taquets Ikone 6.50

Le système de béquilles

L’Ikone 6.50 sera équipé de 2 béquilles pour l’échouage. Nous avons voulu un système simple à mettre en place, une taille de béquilles limitée pour permettre un rangement facilité et une bonne stabilité du bateau.

Les vitrages

Les vitrages sont en cours de fabrication par Goïot à Nantes. Le vitrage avant a été testé pour valider l’aspect. La technique de fabrication permet d’obtenir des courbures importantes. Nous avons réalisé l’outillage qui sera utilisé par Goïot.

Les aspects que nous avons pu valider :

  • la faisabilité de l’angle de cintrage.
  • un marquage limité à la zone de courbure.
  •  l’épaisseur du vitrage (10mm) qui permet de marcher dessus sans risque.
  • la possibilité de poser un hublot ouvrant.

La fabrication du pont (en infusion)

Lors de la conception de l’Ikone 6.50, nous avons choisi d’emblée de le fabriquer en Infusion sous vide. Cette décision est guidée par les avantages décisifs de cette technique :

  • maîtrise du devis de poids
  • qualité des matériaux
  • durabilité

Beaucoup de personnes nous demandent comment nos bateaux sont fabriqués… Alors voici une explication sur le procédé de l’infusion sous vide.

La première étape consiste à préparer le moule en positionnant les différents éléments.

Fabrication-pont-pose-des-inserts

Puis nous appliquons un gel coat qui permet de protéger le composite de tout contact avec l’eau. Nous avons choisi un gel coat de haute qualité (ISO NPG) qui permet de garantir une longévité importante des pièces en composite de l’Ikone 6.50.

Puis nous appliquons un mat d’accroche constitué de fibre de verre et de résine. Son rôle est d’assurer une bonne liaison entre le gelcoat et le composite.

Fabrication pont mat accroche

L’étape suivante consiste à draper c’est-à-dire à disposer des tissus et du PVC selon un plan très précis qui garantit la structure et la rigidité de la pièce.

Coque drappage

Une fois le drapage terminé, nous positionnons une bâche. Nous créons un réseau de tuyau qui permet de faire le vide. L’un des bouts est relié à une machine qui fait le vide tandis que l’autre est relié à un réservoir de résine.

La bâche est  plaquée très fortement contre le moule grâce au vide ce qui compacte les tissus.

Ensuite, nous ouvrons le circuit pour apporter la résine qui va être aspirée par le vide. L’infusion d’une coque prend quelques heures (environ 1h30).

Coque bache
Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50 – c’est bientôt Noël !

Ikone 6.50, c'est bientôt Noël !

Sommaire

  • Fin de la fabrication des grands moules
  • Fabrication des moules pour les vitrages latéraux
  • Le mât du cat boat
  • Accastillage
  • Homologation de l’Ikone 6.50 en catégorie B pour 3 personnes et C pour 6 personnes

Fin de la fabrication des grands moules

Cette semaine marque une étape importante avec la fin de la fabrication des grands moules.

Le démoulage du moule de pont était une phase attendue avec une certaine appréhension. Il faut dire qu’il s’agit d’une pièce déjà imposante : 7m de long, 3m de largeg, 2m50 de haut et presque 600kg…

Nous n’avons pas été déçu puisque nous avons mis plus de 15 heures à réaliser cette opération.

Le moule de contremoule a été structuré. Il nous reste à réaliser les joints congés ce qui nous permettra de le démouler.

Moule contremoule structure

Fabrication des moules des vitrages latéraux

Un des principes fondamentaux de l’Ikone 6.50 que nous avons posé dès le début de la phase de conception a été de rendre l’espace intérieur le plus lumineux possible. Nous avons voulu casser l’impression de « descente à la cave ».

Ceci s’est traduit par la mise au point de vitrages latéraux d’un seul tenant.

Vitrages lateraux Ikone 6.50

Ces vitrages sont fabriqués sur mesure à partir de moules que nous avons conçus. Le procédé de fabrication consiste à mouler le PMMA (le nom générique du plexyglass) en le chauffant. Ce procédé est très bien maitrisé et permet d’obtenir des formes complexes.

La fabrication des moules des vitrages s’effectue sur le moule de pont. Ils sont ensuite envoyés chez le fabriquant des vitrages.

Moule pont 01

 

Pour permettre de créer des diagonales de lumière à l’intérieur du bateau, nous avons mis en place des vitrages à l’arrière du roof. Ceci permet d’obtenir une vue à 360° lorsque l’on se trouve à l’intérieur du bateau.

L’autre élément important a consisté à mettre en place des vitrages à l’arrière de la couchette bâbord et de la soute à tribord.

Tous ces vitrages sont intégrés « flush » pour conserver un visuel parfait.

Ikone 6.50 Vitrages arrière
Ikone 6.50 Vue interieur

Le mât du cat boat - Ikone 6.50 Rando

Nous avons choisi de confier la fabrication des mâts de l’Ikone 6.50 à Selden Mast. C’est un acteur reconnu qui fabrique des mâts en carbone pour les plus grands chantiers.

Le mât de l’Ikone 6.50 Rando a quelques particularités :

  • il est en carbone pour limiter son poids
  • il est autoporté pour supprimer la compression
  • il dispose de pseudo haubans pour supprimer la nécessité d’avoir des bastaques au portant
  • Il dispose d’un étai pour maintenir la tête de mât au près et faciliter les opérations de mâtage et dématage.

Quelques éléments sur ses caractéristiques :

Longueur totale : 10m79

Poids :17,5 kg

Matériaux : carbone

Le mât est emplanté dans un tube stratifié. Le pied du mât repose sur une zone spécialement renforcée au niveau du contremoule. Pour assurer l’étanchéité, une bague d’étambot est montée au niveau du pont.

Ikone 6.50 Pied de mat Rando

La conception de l’Ikone 6.50 a bénéficié à plein de l’expérience acquise sur l’Ikone 7.50.

Notamment, nous avons essayé d’améliorer les performances à toutes les allures tout en simplifiant encore les manoeuvres.

Au près, la présence de l’étai permet de limiter les mouvements de la tête de mât. Ainsi, le cap et la vitesse sont préservés même dans les surventes.

Au portant sous spi, l’absence de bastaques simplifie les manoeuvres.

 

 

L'accastillage de l'Ikone 6.50

L’Ikone 6.50 se positionne comme un voilier qui doit offrir le maximum de plaisir sous voile. C’est pour cette raison, que nous avons choisi un accastillage Harken et Spinlock pour son équipement de pont.

Les principaux éléments sont les suivants :

  • 3 winchs 20ST en série (1 en option avec le spi)
  • une barre d’écoute de grand-voile située sur la poutre arrière
  •  un palan de grand-voile bien dimensionné
  • des filoirs
  • des coinceurs Spinlock
Ikone-6-50-Winch-20ST-HARKEN

L’accastillage de spi reprend certaines solutions éprouvées sur les Ikones précédents :

  • un bout-dehors en carbone
  •  un anneau fixé sur le balcon avant
  •  une sous-barbe

L'Ikone 6.50 est homologué en catégorie B...

L’organisme de certification vient de nous confirmer que l’Ikone 6.50 sera bien homologué en catégorie de conception B pour 3 personnes et C pour 6 personnes.

Les éléments de masse sont les suivants :

En catégorie de conception B, l’Ikone 6.50 peut emporter :

– un équipage de 3 personnes

– une charge maxi de 265 kg

En catégorie de conception C, l’Ikone 6.50 peut emporter :

– un équipage de 6 personnes

– une charge maxi de 490 kg

 

La sécurité est un élément primordial pour nous et sans aucun doute pour vous également… Les éléments que vous retrouvez ci-dessous permettent de se faire une idée très précise des caractéristiques d’un voilier et surtout de son caractère marin. La sécurité ne repose pas que sur le bateau. Les capacités de l’équipage sont également importantes.

Voici un extrait du dossier de stabilité :

Un des éléments importants du dossier est le fameux AVS (Angle of vanishing stability). C’est l’angle de gîte au-delà duquel le voilier ne pourra pas se redresser et chavirera.

L’autre élément est le STIX :il s’agit d’un index de stabilité dont la formule de calcul est complexe. Cet index prend en compte divers paramètres dont la longueur, la largeur, la masse, le lest… C’est un bon indicateur de la capacité du navire à affronter la mer et le vent. En théorie, plus le STIX est élevé, plus le navire est sûr.

 

Tableau du haut : L’Ikone 6.50 remplit toutes les conditions de base en terme d’ouvertures pour être dans la catégorie de conception A ou B

Tableau du bas : l’angle de gîte au-delà duquel il y a un risque d’envahissement est de 118° (les hublots doivent être fermés depuis longtemps).

 

Ikone-6-50-Certification-B-01

Le tableau ci-dessous s’interprète de la manière suivante : pour être en catégorie A il faut que l’AVS soit de 100° minimum. Ici, l’Ikone 6.50 a un AVS de 122,5 soit très au-dessus de ce qui est exigé par la règlementation.

Ikone-6-50-Certification-B-02

La courbe ci-après montre le Heeling arm curve (le moment de redressement). Pour être précis, il s’agit d’un bras de levier de redressement statique (Gz) qui s’exprime en mètre. Pourquoi ? parce que lorsqu’un voilier gîte,le centre de carène se déplace sous le vent tandis que le centre de gravité se déplacera lui au vent.

En ordonnée, nous avons la distance horizontale (GZ) entre le centre de carène et le centre de gravité. En abscisse, il s’agit de l’angle de gîte.

Ainsi la courbe de stabilité nous fournit une indication fort utile sur l’angle au-delà duquel le voilier risque de chavirer.

L’Ikone 6.50 voit sa stabilité diminuer fortement au-delà d’un angle de 100° et devenir nulle au-delà de 125°.

La signification de cette courbe est la suivante : dans des conditions de mer et de vent qui feraient gîter le bateau au-delà de cet angle, le bateau ne peut plus se redresser, il va chavirer. (pour mémoire, 90° correspondent au mât dans l’eau à l’horizontale… 125° est une position inconfortable car la quille est déjà bien en l’air…).

Ikone-6-50-Certification-B-03

L’Ikone 6.50 présente un STIX de 24,85 soit au-dessus des 23 exigés pour la catégorie B.

Ikone-6-50-Certification-B-05

De nombreux facteurs doivent être pris en considération pour concevoir un bateau sûr. C’était un véritable challenge de réussir à faire entrer un bateau de 6m50 dans une catégorie de conception B tout en préservant des qualités de vitesse et de transportabilité. C’est toujours le résultat de compromis et d’arbitrages.

Les prochaines étapes

  • fabrication des pièces restantes (pont, contremoule, capots)
  • finition des meubles
  • montage de l’accastillage
  • montage de l’électronique
  • quillage
  • mâtage
  • mise à l’eau
Suivez-nous sur Facebook

Ikone 6.50… dernière ligne droite

Sommaire

  • Fin de la fabrication du moule de pont
  • La quille et son puits
  • L’électronique à bord
  • Les voiles de l’Ikone 6.50

Fin de la fabrication du moule de pont

Nous avons fabriqué la structure du moule de pont ce qui ouvre la voie à la fabrication du premier pont dans le courant de la semaine prochaine.

Ce moule est un véritable poste de travail qui intègre des éléments permettant d’améliorer le confort de travail des opérateurs.

Moule Ikone 6.50

La prochaine étape consiste à démouler le moule de sa préforme puis à le retourner pour le positionner sur ses roulettes. Cette opération délicate, en raison du poids et du volume, se déroulera mardi 11 décembre matin.

Ensuite, nous commencerons la préparation du moule pour fabriquer le premier pont.

La quille

La quille de l’Ikone 6.50 est fabriquée par une fonderie sur la base de moules conçus et fabriqués numériquement.

Ceci nous apporte une précision inférieure au millimètre. C’est essentiel pour que la quille relevable s’insère parfaitement dans son puit. Il s’agit d’une pièce de 400kg…

La quille est composée de 2 éléments :

    • le voile en fonte
    • le bulbe en plomb

L’assemblage est réalisé par la technique du surmoulage. Il s’agit d’une technique qui consiste à réaliser une pièce (en l’occurrence le bulbe) sur une autre déjà existante (le voile). Cette technique garantit une solidité à toute épreuve car il n’y a pas de pièce de fixation.

Quille surmoulage

La quille de l’Ikone 6.50 est d’une taille imposante… Ceci va nous obliger à mettre en place un outillage pour réaliser le quillage des bateaux. Le bateau sera levé au-dessus de la quille qui s’insèrera alors dans le puits de quille.

 

Le puits de quille est un élément à part entière de la coque. il est fabriqué, d’ailleurs, en même temps que la coque. C’est une garantie de rigidité et de solidité. La quille vient s’insérer dans le puits et elle est calée avec 2 paliers qui assurent un rôle de calage et de guidage. Notre marge de tolérance est très mince : de l’ordre du millimètre !

Puit de quille Ikone 6.50

La quille sera préparée avec un apprêt epoxy sur lequel sera ensuite appliqué un primaire puis l’antifouling.

Quille Ikone 6.50

L'électronique à bord

L’électronique à bord de l’Ikone 6.50 est un élément de sécurité mais également de confort.

Nous avons choisi d’équiper le voilier avec du matériel B&G pour sa fiabilité et son caractère innovant.

Nous avons imaginé un équipement modulaire composé des éléments suivants (en option):

  • un traceur de carte Vulcan 7″
  • un écran Triton permettant d’afficher le vent, la vitesse, la profondeur, le cap
  • Une VHF avec récepteur AIS intégré
  • Un SonicHub qui procure une connectivité Bluetooth pour lire la musique depuis un smartphone, d’écouter la radio
  • Un pilote automatique TP22
Cette électronique sera alimentée par une batterie 12V. Sur le premier bateau de la série, nous avons souhaité valider la possibilité d’être autonome en énergie.
 
Nous allons l’équiper avec 2 panneaux solaires qui rechargeront la batterie de service.
B&G vulcan 7
B&G Triton
B&G SonicHub

Les voiles de l'Ikone 6.50

Le plan de voilure de l’Ikone 6.50 a été conçu dès le départ pour disposer d’une bonne réserve de puissance y compris dans le petit temps. La raideur à la toile apportée par les formes et par le bulbe en plomb permet d’avoir une surface de voile généreuse.

Le cat boat disposera de 30,4 m²avec son mât carbone Selden. Ce qui est le plus remarquable c’est que nous pourrons nous passer de bastaques au portant.

Le sloop quant à lui disposera de 29,1m² au près.

Les grand-voiles sont équipées d’une latte forcé connectée sur des coulisseaux. 

Les deux versions pourront porter un spi asymétrique de 63m².

Ikone 6.50 voiles de la version sloop
DELTAVoiles

Nous avons choisi d’équiper l’Ikone 6.50 avec des voiles DeltaVoiles en standard. Ce choix est guidé par l’excellence de ce fabriquant à la fois dans la coupe et dans les tissus.

En standard, nous proposons des voiles en coupe horizontale dans un tissus polyester haute ténacité.

En option, nous proposons des voiles en coupe tri-radiale dans un tissus DCX.

Suivez-nous sur Facebook

Comment faire pour comparer des voiliers entre eux ?

Comparer des voiliers entre eux...

Lorsque nous lançons une étude pour la conception d’un nouveau modèle, nous réalisons un benchmark qui nous permet de comparer les modèles existants avec celui que nous envisageons de proposer.

Un bateau c’est toujours le résultat d’un compromis :

  • la puissance : elle dépend de la hauteur et de la finesse de la voilure. C’est elle qui permet de relancer le bateau dans le clapot par exemple.
  • le centre de gravité, la largeur, le volume des extrémités, le poids : ils influencent directement la surface mouillée, le passage dans le clapot et la résistance à l’avancement.

Lorsque nous envisageons de concevoir un nouveau modèle, nous commençons par définir le programme pour lequel ce bateau sera fait.

Ce programme va nous permettre de faire des choix sur les variables. Mais avant cela, nous étudions la concurrence avec des outils très simples… C’est ce que nous allons vous montrer dans cet article.

Vous pourrez vous servir de ces éléments pour faire votre propre choix.

Sommaire :

  • les éléments techniques à connaître et leur influence
  • Où trouver l’information nécessaire ?
  • Le ratio Déplacement sur longueur (RLD)
  • Le ratio Surface sur déplacement (RVD)
  • Comparaison des 6m50 du marché avec l’Ikone 6.50

Les éléments techniques à connaître

Un voilier est constitué d’une coque et de voiles. Ces 2 éléments vont déterminer la vitesse potentielle, la stabilité et la sécurité du bateau.

Les éléments dont nous allons avoir besoin pour caractériser le programme du voilier étudié :

  • la longueur de flottaison (LXL)
  •  le déplacement (D) lège c’est-à-dire le poids du bateau avec les éléments de navigation minimum (moteur, carburant, eau, équipements de sécurité…)
  • la surface de voile au près (SV)

Où trouver ces informations ?

Les chantiers communiquent ces informations sur les fiches techniques. Généralement, la longueur de flottaison et la surface de voile au près ne posent pas de problème.

Il en va tout autrement du déplacement car beaucoup de chantiers ont tendance à le minorer. En effet, le poids influence directement la vitesse du bateau…

Alors comment s’y retrouver ?

Tout d’abord, il faut bien lire la description technique. Si le chantier communique le déplacement CE, il y a peu de risque. par contre, si le chantier communique par exemple le déplacement à vide… le poids est fortement minoré car il va falloir ajouter le carburant, l’eau, les équipements de sécurité, les matelas,…

Certains chantiers communiquent même sur un déplacement à vide sans moteur…

A titre indicatif, voici quelques poids moyens :

  • un moteur Hb de 6 cv : 27 kg
  • les équipements de sécurité de base : 30 kg
  • les matelas : 25 kg
  • 50L d’eau : 50 kg
  • 12 L d’essence : 12 Kg

Le ratio de déplacement sur longueur

Ce ratio nous donne la capacité du bateau à porter de la toile. Or pour un même poids et une même longueur de flottaison, le bateau le plus rapide est celui qui porte le plus de toile.

Les données en entrée :

  • le déplacement en tonne(s)
  •  la longueur de flottaison

La formule de calcul :

RLD = (D/(0.01 x LXL)^3)/35.9

Explication de la formule…

Apparemment, nous divisons des tonnes par des m…

Le poids étant proportionnel au volume (des m3) et la longueur de flottaison étant en m, il suffit de prendre le cube du centième de la longueur pour ramener ces chiffres à une même unité (des pseudo mètres).

Attention, cette formule permet de comparer des voiliers de longueur de flottaison relativement similaire.

Ce ratio indique la puissance disponible (pour avancer) du voilier.

Appliquée à l’Ikone 6.50, le ratio nous fournit les données suivantes :

ComparatifLXLDSV RLD
M6 Rando6,51,132 111,573
M6 Croisiere6,51,129,7 111,573

Il s’interprète comme suit :

Les deux versions de l’Ikone 6.50 ont la même capacité à porter de la toile… C’est normal car ils partagent la même coque, le même pont, les mêmes équipements de base.

Le ratio surface de voile sur déplacement

Ce ratio fournit la puissance vélique disponible c’est-à-dire le caractère du voilier.

Quand le rapport est faible, le voilier est sous-toilé. Lorsque le ratio est élevé, cela indique un voilier de régate orienté performance.

Les données en entrée :

  • la surface de voile au près en m²
  • le déplacement en tonne(s)

La formule de calcul :

RVD = (SV/(D^2/3))x 1,02

Explication de la formule :

Comme pour le RLD, nous divisons des m² par des tonnes…

Il faut, là aussi, comparer des voiliers de déplacement comparable.

Appliquée à l’Ikone 6.50, le ratio nous fournit les données suivantes :

ComparatifLXLDSVRVD
M6 Rando6,51,13280,926
M6 Croisiere6,51,129,775,109

Il s’interprète comme suit :

l’Ikone 6.50 Rando (version cat boat) a une réserve de puissance vélique supérieure à l’Ikone 6.50 Croisière (version sloop).

Ceci signifie que dans certaines conditions, la version cat boat aura un potentiel de vitesse supérieur à la version sloop…

Comparaison des 6.50 du marché avec l'Ikone 6.50...

Le tableau ci-dessous présente les voiliers en cours de production au 1er janvier 2018. Les chiffres retenus sont ceux indiqués sur les fiches techniques de leur constructeur respectif.

Le déplacement a quelquefois été corrigé pour être ramené à un déplacement CE.

ComparatifLXLDSV RLDRVD
Ikone 6,50 Rando6,51,132 111,57380,926
Ikone 6,50 Croisiere6,51,129,7 111,57375,109
Ikone 6,50 Performance6,50,9336 94,330127,367
Revolution 225,751,6519,5 241,76121,917
Blue DJinn 6,090,9520 117,15967,812
First 206,151,24522,78 149,09044,971
Pabouk 7006,582,734 263,99314,272
Joli Morgan50,4818 106,964239,063
Solenn Day 236,521,2229,7 122,60961,060
Adventure 216,091,423,6 172,65636,845
FarEast 236,970,831 65,811148,219
Haber 6205,451,219,8 206,48942,075
Mach 6,56,50,535 50,715428,400
Tofinou 75,41,324,4 229,96844,180
Django 6,76,51,233 121,71670,125
Bihan 6,506,50,828 81,144133,875
Melges 206,10,524,2 61,360296,208
Maxus 22 quillard6,21,3525 157,78441,975
Ofcet 6,506,5141,5 101,430126,990
Pogo 36,50,941 91,287154,889
Safier 6505,80,9521 135,62771,202
SailArt 226,61,424 135,64437,469
Sunbeam 226,21,327,6 151,94149,974
Baycruiser 236,530,8524,2 85,032102,494
Tes 6505,841,321 181,80738,024
XO Racer6,30,4533 50,130498,667
Maxi 6,56,50,9544 96,358149,186

Conclusion

Pour le RLD, un chiffre compris entre 90 et 120 permet d’envisager un bateau disposant d’une bonne réserve de stabilité lui permettant de porter de la toile. Ces bateaux ont la capacité d’être performants.

Un chiffre supérieur à 120 indique que le poids du bateau est relativement élevé par rapport à sa longueur de flottaison. Ils seront plus lents.

Un chiffre inférieur à 90 est atteint uniquement par les day boat avec très peu ou pas d’emménagements intérieurs. A noter que les mini 6.50 destinés à traverser l’Atlantique présentent un RLD vers 90… Pour d’évidentes raisons de sécurité.

Pour la RVD, un chiffre compris entre 70 et 90 semble un bon compromis entre la vitesse et le confort. Au-delà, le bateau risque d’avoir un caractère sportif et de giter. En-dessous, le bateau sera sans doute mou voir inexistant dans les petits airs.

Suivez-nous sur Facebook
Older posts

© 2019 Chantier Ikone

RSS
Facebook
Facebook