Category: Ikone 7.50

Comment faire pour comparer des voiliers entre eux ?

Comparer des voiliers entre eux...

Lorsque nous lançons une étude pour la conception d’un nouveau modèle, nous réalisons un benchmark qui nous permet de comparer les modèles existants avec celui que nous envisageons de proposer.

Un bateau c’est toujours le résultat d’un compromis :

  • la puissance : elle dépend de la hauteur et de la finesse de la voilure. C’est elle qui permet de relancer le bateau dans le clapot par exemple.
  • le centre de gravité, la largeur, le volume des extrémités, le poids : ils influencent directement la surface mouillée, le passage dans le clapot et la résistance à l’avancement.

Lorsque nous envisageons de concevoir un nouveau modèle, nous commençons par définir le programme pour lequel ce bateau sera fait.

Ce programme va nous permettre de faire des choix sur les variables. Mais avant cela, nous étudions la concurrence avec des outils très simples… C’est ce que nous allons vous montrer dans cet article.

Vous pourrez vous servir de ces éléments pour faire votre propre choix.

Sommaire :

  • les éléments techniques à connaître et leur influence
  • Où trouver l’information nécessaire ?
  • Le ratio Déplacement sur longueur (RLD)
  • Le ratio Surface sur déplacement (RVD)
  • Comparaison des 6m50 du marché avec l’Ikone 6.50

Les éléments techniques à connaître

Un voilier est constitué d’une coque et de voiles. Ces 2 éléments vont déterminer la vitesse potentielle, la stabilité et la sécurité du bateau.

Les éléments dont nous allons avoir besoin pour caractériser le programme du voilier étudié :

  • la longueur de flottaison (LXL)
  •  le déplacement (D) lège c’est-à-dire le poids du bateau avec les éléments de navigation minimum (moteur, carburant, eau, équipements de sécurité…)
  • la surface de voile au près (SV)

Où trouver ces informations ?

Les chantiers communiquent ces informations sur les fiches techniques. Généralement, la longueur de flottaison et la surface de voile au près ne posent pas de problème.

Il en va tout autrement du déplacement car beaucoup de chantiers ont tendance à le minorer. En effet, le poids influence directement la vitesse du bateau…

Alors comment s’y retrouver ?

Tout d’abord, il faut bien lire la description technique. Si le chantier communique le déplacement CE, il y a peu de risque. par contre, si le chantier communique par exemple le déplacement à vide… le poids est fortement minoré car il va falloir ajouter le carburant, l’eau, les équipements de sécurité, les matelas,…

Certains chantiers communiquent même sur un déplacement à vide sans moteur…

A titre indicatif, voici quelques poids moyens :

  • un moteur Hb de 6 cv : 27 kg
  • les équipements de sécurité de base : 30 kg
  • les matelas : 25 kg
  • 50L d’eau : 50 kg
  • 12 L d’essence : 12 Kg

Le ratio de déplacement sur longueur

Ce ratio nous donne la capacité du bateau à porter de la toile. Or pour un même poids et une même longueur de flottaison, le bateau le plus rapide est celui qui porte le plus de toile.

Les données en entrée :

  • le déplacement en tonne(s)
  •  la longueur de flottaison

La formule de calcul :

RLD = (D/(0.01 x LXL)^3)/35.9

Explication de la formule…

Apparemment, nous divisons des tonnes par des m…

Le poids étant proportionnel au volume (des m3) et la longueur de flottaison étant en m, il suffit de prendre le cube du centième de la longueur pour ramener ces chiffres à une même unité (des pseudo mètres).

Attention, cette formule permet de comparer des voiliers de longueur de flottaison relativement similaire.

Ce ratio indique la puissance disponible (pour avancer) du voilier.

Appliquée à l’Ikone 6.50, le ratio nous fournit les données suivantes :

ComparatifLXLDSV RLD
M6 Rando6,51,132 111,573
M6 Croisiere6,51,129,7 111,573

Il s’interprète comme suit :

Les deux versions de l’Ikone 6.50 ont la même capacité à porter de la toile… C’est normal car ils partagent la même coque, le même pont, les mêmes équipements de base.

Le ratio surface de voile sur déplacement

Ce ratio fournit la puissance vélique disponible c’est-à-dire le caractère du voilier.

Quand le rapport est faible, le voilier est sous-toilé. Lorsque le ratio est élevé, cela indique un voilier de régate orienté performance.

Les données en entrée :

  • la surface de voile au près en m²
  • le déplacement en tonne(s)

La formule de calcul :

RVD = (SV/(D^2/3))x 1,02

Explication de la formule :

Comme pour le RLD, nous divisons des m² par des tonnes…

Il faut, là aussi, comparer des voiliers de déplacement comparable.

Appliquée à l’Ikone 6.50, le ratio nous fournit les données suivantes :

ComparatifLXLDSVRVD
M6 Rando6,51,13280,926
M6 Croisiere6,51,129,775,109

Il s’interprète comme suit :

l’Ikone 6.50 Rando (version cat boat) a une réserve de puissance vélique supérieure à l’Ikone 6.50 Croisière (version sloop).

Ceci signifie que dans certaines conditions, la version cat boat aura un potentiel de vitesse supérieur à la version sloop…

Comparaison des 6.50 du marché avec l'Ikone 6.50...

Le tableau ci-dessous présente les voiliers en cours de production au 1er janvier 2018. Les chiffres retenus sont ceux indiqués sur les fiches techniques de leur constructeur respectif.

Le déplacement a quelquefois été corrigé pour être ramené à un déplacement CE.

ComparatifLXLDSV RLDRVD
Ikone 6,50 Rando6,51,132 111,57380,926
Ikone 6,50 Croisiere6,51,129,7 111,57375,109
Ikone 6,50 Performance6,50,9336 94,330127,367
Revolution 225,751,6519,5 241,76121,917
Blue DJinn 6,090,9520 117,15967,812
First 206,151,24522,78 149,09044,971
Pabouk 7006,582,734 263,99314,272
Joli Morgan50,4818 106,964239,063
Solenn Day 236,521,2229,7 122,60961,060
Adventure 216,091,423,6 172,65636,845
FarEast 236,970,831 65,811148,219
Haber 6205,451,219,8 206,48942,075
Mach 6,56,50,535 50,715428,400
Tofinou 75,41,324,4 229,96844,180
Django 6,76,51,233 121,71670,125
Bihan 6,506,50,828 81,144133,875
Melges 206,10,524,2 61,360296,208
Maxus 22 quillard6,21,3525 157,78441,975
Ofcet 6,506,5141,5 101,430126,990
Pogo 36,50,941 91,287154,889
Safier 6505,80,9521 135,62771,202
SailArt 226,61,424 135,64437,469
Sunbeam 226,21,327,6 151,94149,974
Baycruiser 236,530,8524,2 85,032102,494
Tes 6505,841,321 181,80738,024
XO Racer6,30,4533 50,130498,667
Maxi 6,56,50,9544 96,358149,186

Conclusion

Pour le RLD, un chiffre compris entre 90 et 120 permet d’envisager un bateau disposant d’une bonne réserve de stabilité lui permettant de porter de la toile. Ces bateaux ont la capacité d’être performants.

Un chiffre supérieur à 120 indique que le poids du bateau est relativement élevé par rapport à sa longueur de flottaison. Ils seront plus lents.

Un chiffre inférieur à 90 est atteint uniquement par les day boat avec très peu ou pas d’emménagements intérieurs. A noter que les mini 6.50 destinés à traverser l’Atlantique présentent un RLD vers 90… Pour d’évidentes raisons de sécurité.

Pour la RVD, un chiffre compris entre 70 et 90 semble un bon compromis entre la vitesse et le confort. Au-delà, le bateau risque d’avoir un caractère sportif et de giter. En-dessous, le bateau sera sans doute mou voir inexistant dans les petits airs.

Les catégories de conception des voiliers

Les catégories de navigation avant 1996

Avant 1996, les catégories de navigation étaient au nombre de 6 et définissaient des limites d’éloignement par rapport à un abri.

Les catégories de conception de 1996 à 2016

La notion de de catégorie de conception apparaît avec l’application de la règlement européenne. 

La logique est de privilégier la sécurité de l’équipage en fonction de deux critères : l’état de la mer et la force du vent tout en faisant un lien avec la capacité du navire à les affronter.

Surtout, la règlementation mentionne des types de plans d’eau (au large, côtière…) ce qui entraîne une certaine confusion.

Depuis 2016, des catégories de conception uniquement en fonction des conditions météo.

La nouvelle règlementation européenne, sur les bateaux de plaisance, définie maintenant les catégories de conception UNIQUEMENT par des conditions météorologiques. Les termes relatifs aux types de navigation (Haute mer, Large, Zones côtières, Eaux protégées) sont supprimés.

  

Vent maxi

Vagues

Catégorie A

Force 9

Etabli à 47 nds

Rafale Env. 61 nds

10 m

Catégorie B

Force 8

Etabli à 40 nds

Rafales Env. 52 nds

8 m

Catégorie C

Force 6

Etabli 27 nds

Rafales Env. 35 nds

4 m

Catégorie D

Force 4

Etabli à 16 nds

Rafales Env. 23 nds

0, 5 m

Comment se passe l'homologation ?

Pour simplifier, dans les catégories C et D, c’est le chantier qui auto-certifie que le bateau se trouve dans ces catégories.

Dans les catégories A et B, le dossier de stabilité de l’architecte doit être validé par une instance de certification au niveau européen.

Un voilier de 6m50 comme l’Ikone 6.50 homologué en catégorie de conception B a donc des qualités nautiques très supérieures à un voilier de même taille qui serait homologué en C…

Cette différence se manifeste principalement par un caractère marin et la capacité à affronter des conditions plus difficiles tout en restant en sécurité.

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez consulter cet article sur le STIX.

Quelle différence entre un voilier de catégorie C et un autre de catégorie B ?

C’est le décret n°2006-1322 qui fixe les obligations à respecter. Il s’appuie sur la norme ISO 12217-2:2015.

En pratique, un index de stabilité (le STIX) est utilisé pour valider la conformité. Le STIX est calculé à partir d’un certain nombre de paramètres tels que la longueur, la largeur, son déplacement, l’angle de chavirage statique… Plus un bateau a un STIX élevé, plus le voilier est stable…

Un voilier de catégorie C doit avoir un STIX de 14 au minimum tandis qu’un voilier de catégorie B devra respecter un STIX de 23 au moins… et 32 pour un voilier de catégorie A.

Avant la réforme de 2016, les voiliers insubmersibles bénéficiaient d’un bonus de 5 sur ce STIX. Désormais, un bonus de 20% est accordé uniquement au critère d’envahissement ce qui fait que des voiliers homologués en A, peuvent retomber en B.

catégorie de conception A B C D
Valeur Minimum du STIX 32 23 14 5
AVS minimum (degres) 130-0.002*m 130-0.005*m 90 75

Dans ce tableau, la différence entre un voilier de catégorie B et un autre de catégorie C apparaît clairement. Le STIX a en effet, un impact direct sur l’angle maxi de chavirage (AVS). L’AVS indique un angle en-dessous duquel le voilier reviendra toujours à l’équilibre (dans le bon sens, c’est-à-dire le mât vers le haut !).

La stabilité est donc un élément de sécurité essentiel car elle représente la capacité d’un voilier à résister au chavirage.

Exemple de courbe de stabilité d'un voilier

Ce graphique explique bien l’impact de la catégorie de conception sur la stabilité des voiliers. Plus l’AVS est élevé, plus la limite du chavirage est repoussée.

© 2019 Chantier Ikone